Maéso, du rose et du blues

MaésoMaéso habite Toulouse, la ville rose, il l’aime elle et ses musiciens et pourtant, il a souvent le blues. Lucidité et conscience sont nécessaires au musicien mais cela ne va pas sans difficultés. Au diable les atermoiements, chez Maéso, le plaisir de jouer est intact et j’ajoute à cela du talent. Que demander de plus ? j’espère que comme moi, vous prendrez beaucoup de plaisir avec « Les Oiseaux de passage », écoutez.

Visitez la page de Maéso

2 Écoutes, cinq questions, interview de Maéso
– Blog Écouter de la Musique : Bonjour Maéso, habitez-vous toujours le quartier Belfort de Toulouse ? Est-ce la musique qui vous a amené là ? Profitez-en pour nous donner un résumé de votre parcours musical.
Maéso : Çà fait une bonne vingtaine d’années que j’habite dans ce quartier. J’aime le Centre-ville et la facilité de tout avoir à portée de main sauf la campagne qui n’est pas très loin. Mon parcours musical : c’est simple, je me suis installé dans ce quartier vivant et métissé et j’ai fait des rencontres qui m’ont permis d’évoluer dans le milieu musical toulousain. J’ai du faire à ce jour 2000 concerts animations et je me suis occupé pendant 10 ans des mercredi de l’impro scène ouverte qui permettait un échange avec les musiciens de la ville rose. La musique est ma passion première, le plaisir de jouer est resté intact.
Bio :Jean- Paul MAESO, à l’occasion de la sortie de son nouvel album : « Les Oiseaux de passage » – sorti et en écoute chez Agorila – s’est associé avec trois excellents musiciens de Toulouse. Dans un groove sans faille, ces oiseaux là ne sont pas nés de la dernière pluie. Ils baroudent depuis des années dans les meilleurs endroits musicaux de la région. (le Bikini, le Cri de la mouette, Altigone…)
Aujourd’hui ce nouveau combo aux couleurs latines nous emmène dans un trip d’une autre galaxie. Ils nous mitonnent une musique chaleureuse de chansons aux accents du Sud : Fiesta et Alegria
Lilian Jammes : Basse Jean-Paul Maéso : Guitare-chant Seb Olalde : Guitare électrique Diego Garcia : batterie

– Blog Écouter de la Musique : Du nouvel album « Les oiseaux de passage « , j’ai lu que vous avez composé 7 chansons en 7 jours. Comment faites-vous ? Composez-vous seul ?
Maéso : C’est vraiment une exception cette inspiration fulgurante. J’étais comme un peintre qui jetait ses tableaux pour mieux recommencer sans renier le passé. Faire une chanson ce n’est pas facile, il faut avoir quelque chose à dire, Chercher la fluidité, être cohérent, c’est ce que j’ai appris. J’ai plus de 100 chansons dans les tiroirs, j’ai toujours composé. Je fais tourner ma première inspiration avec ma guitare et je vais chercher l’essentiel qui va donner la chanson. C’est beaucoup de travail et de patience, mais c’est du plaisir quand on y arrive.

– Blog Écouter de la Musique : Est-ce que l’utilisation de la Musique Assistée par Ordinateur est à votre goût ? Dans l’avenir, allez-vous aller plus loin dans l’utilisation de la technologie ?
Maéso : Après, et c’est vraiment formidable car depuis 10 ans je m’intéresse à la Mao (musique assistée par ordinateur), on est indépendant,on peut avancer sans la contrainte et la disponibilité humaine,mais c’est aussi intéressant de chercher avec d’autres musiciens, c’est une autre démarche. Mon premier instrument est la basse, je joue de la guitare et les logiciels de batterie et synthé sont très performants. Ce qui vous permet quand vous connaissez le logiciel (des stages sont nécessaires, j’ai du en faire 3) de mettre le plus beau costume (l’arrangement) à la chanson que vous venez de créer. Une chanson restera une chanson, il faut qu’elle sonne à nue (guitare-voix ou piano-voix). Je ne crois pas à l’évolution musicale actuelle à travers le rap par exemple car une bonne chanson elle doit être avant tout mélodique avec un bon texte, un bon arrangement et une bonne interprétation. Tout est trop formaté dans les radios beaucoup d’artistes sont des produits marketing, on mélange tout, la télé réalité c’est du business et on oublie l’essentiel la musique et les musiciens. Le monde a perdu son âme.

– Blog Écouter de la Musique : Maéso, vous avez certainement répété avec assiduité. Alors pour ce premier round sur scène, « Porte des fontaines », le 6 avril à Toulouse, cela s’est-il bien passé ? Prochain rendez-vous de Maéso sur la place « Belfort » le 8 juin, j’ai bon ? Est-ce que ce concert portera le numéro 1002 ?
Maéso : Je dois dire que nul n’est prophète dans son pays. Hélas ! ce milieu est fermé et ne marche que par les relations et l’argent. C’est malheureusement la donne. Un artiste aujourd’hui a du mal à faire connaître son projet. J’ai réussi à faire une nouvelle équipe car la seule vérité c’est la scène. On est prêt et la poignée de gens qui sont venus samedi ont pu l’apprécier. C’est bon pour la suite justement pour le festival Belfortissimo où l’on va passer sur une grosse scène Le samedi 8 Juin à 19h40. Mais c’est pas gagné, on aura le résultat dans un an peut-être…

– Blog Écouter de la Musique : Maéso, voyez-vous l’avenir en Rose 😉
Maéso : Franchement, j’ai souvent le blues (çà rime avec Toulouse), je souffre de ce manque de reconnaissance. C’est injuste car mon album « Les oiseaux de passage » est un bon album (à condition de prendre le temps de l’écouter) qui tient autant la route que les productions parisiennes et j’espère qu’avec mon label Agorila on entendra mes chansons aux accents du Sud.

Conclusion de Maéso :
J’ai la chance de faire de la musique, déjà avec ma guitare qui est ma compagne de toujours. Défendre son univers est très difficile et demande beaucoup de travail et d’abnégation, il faut respecter les musiciens, les artistes et ne pas être superficiel avec eux. Ne pas faire l’amalgame des choses et raconter n’importe quoi pour avoir un avis. Moi, aujourd’hui je sais où j’en suis et je me suis bonifié avec le temps, car on ne devient pas artiste du jour au lendemain, c’est un long chemin !

Pour + d’infos :
myspace.com/maeso31
Pour écouter des extraits de mon album : www.agorila.com
Et n’oubliez pas sur Youtube mes 2 clips en tapant Maéso « Malaga » et « Boum » (hommage à Charles Trenet)

Poster un commentaire