Loraine B, 1 = 3

Loraine BJe suis très heureux d’accueillir Loraine B. J’ai déjà eu l’occasion d’écouter cette artiste il y a un moment déjà et ceci est donc ma deuxième rencontre. Maintenant, à vous de découvrir cette voix parfois sensuelle, claire et qui s’adresse toujours à nous avec affect. Mais peut-être suis-je trop imprégné de Loraine B pour avoir un avis objectif. C’est vrai, je suis enthousiasmé par cette jeune femme qui enchaîne les projets avec à chaque fois simplicité et talent. J’aime, à vous de prendre du plaisir. Ecouter.

Visitez le site de Loraine B

2 Écoutes, cinq questions, interview de Loraine B
– Blog Écouter de la Musique : Loraine B, vous êtes jeune et votre musique est mature, pouvez-vous nous parler de vos plus fortes expériences ?
Loraine B : Les bonnes ou les mauvaises ? (rires). L’enfance en premier et en plus forte ! Les premiers amours, les amis (que j’ai toujours), les courses de rollers, les batailles de jojos, puis les premières peines, la perte de proches aussi… Ca reste graver à vie.
Autre expérience, j’ai été ado pendant une mauvaise période pour ma famille, du coup je n’ai pas fait de crise d’adolescence puisque étant l’ainée, j’ai du participer au « monde des adultes » comme je pouvais. Et alors la question que j’avais à l’époque et que j’ai toujours : mais qu’est ce que c’est que ce monde de malades ? Je suis entrée dans un groupe au lycée quelques temps plus tard et j’ai adoré la période où mon père signait mes absences pour que j’aille en balances avant les concerts ! Je devais avoir des notes impeccables en contrepartie mais la liberté que m’offrait la musique est devenue une drogue ! A 18 ans, je suis partie seule étudier au Québec pendant presque dix mois. Incroyable expérience mais douloureuse aussi. Puis comme tout le monde, les années s’enchainent, on nous demande de grandir, de faire nos propres choix et donc par extension de nous définir. Alors on expérimente : la fac, les soirées, les amis, les rencontres, ça pue le bonheur autant que le doute ! Et la musique a prit de plus en plus de place pour mettre de l’ordre.

– Blog Écouter de la Musique : Qu’est-ce qui a bien pu arriver dans votre vie pour que 1 = 3 ?
Loraine B : Je suis pour le partage ! Pourquoi être égoïstement une seule et même personne quand on peut être 3 et se partager les vices ? Plus on est de fous, plus je souris !

– Blog Écouter de la Musique : Il se dégage de vos chansons une grande tendresse. Comment arrivez-vous à ce résultat ?
Loraine B : La musique m’apaise, du coup je perds ma carapace. Elle est capable de rendre la tristesse vraiment belle et de garder une joie totalement intacte.

– Blog Écouter de la Musique : Qu’est-ce qui vous a le plus satisfait dans votre EP ? Quelle est la plus belle critique que vous ayez lu à son propos ?
Loraine B : Ce qui m’a le plus satisfaite est d’avoir pu mettre en musique les peintures imaginaires que nous avions faites avec Duncan Roberts, mon arrangeur. Pour AMA par exemple, nous avions cette image de la maison trempée comme dans The Eternel Sunshine of the Spotless Mind. Du coup, il y a très peu de basses sur l’instrumentale, le piano sonne endommagé, les guitares donnent l’effet insaisissable comme de l’eau qu’on ne peut pas retenir de couler entre nos mains. Pour Multiple, on avait l’image de ce petit singe avec les cymbales, ce jouet automatique. On lui a fait diriger une espèce de fête foraine étrange. Et ainsi de suite…
La plus belle critique ? « Elle aime ». Cette phrase de deux mots au milieu de la chronique m’a marquée.

– Blog Écouter de la Musique : Nous vous donnons trois voeux à réaliser dans l’avenir, que choisissez-vous ?
Loraine B :
– Faire de la musique
– Boire des bières avec ma bande de potes
– Croire à des trucs de gosses
En somme, garder ces moments présents. L’avenir, on verra plus tard…

Conclusion de Loraine B :
Plus on est de fous, plus je souris. Bienvenue mes amis, dans ma folle parade.
En concert le 19 Janvier 2013 et le 8 Février 2013 au Sentier des Halles (Paris).

Poster un commentaire