The walking ghost phase

The walking ghost phaseQu’il est bon de se mettre de la musique qui pulse dans les oreilles. Et quand elle est intelligente, spontanée et subtile, c’est encore mieux. Si vous ajoutez à celle-ci un brin de pop, c’est que vous écoutez The walking ghost phase. C’est vrai. The walking ghost phase, j’aime. J’ajoute que le premier album du groupe est en téléchargement gratuit. Ecoutez.

Visitez le site de The walking ghost phase

2 Écoutes, cinq questions, interview de The walking ghost phase
- Blog Écouter de la Musique : Pourquoi vous intéressez-vous à ce point à l’irradiation (The walking ghost phase, la phase du fantôme qui marche) ?
The walking ghost phase : Notre intérêt se porte sur la dégradation et/ou la maturation, qu’elles soient naturelles, accidentelles ou provoquées, et sur leurs processus, quand ils sont indétectables à l’œil nu, trop lents et subtils pour être perçus par nos sens débiles, mais dont les effets sont néanmoins indubitables a posteriori.
L’usure, la maladie et l’oubli nous fascinent davantage que la rupture, la mort ou l’ignorance. Le résultat est inerte, nous préférons le mouvement.

- Blog Écouter de la Musique : Quels ont été les chemins qui vous ont conduit au rock et à la musique électronique ?
The walking ghost phase : Nous avons naturellement commencé à deux en autodidactes, au sein de plusieurs formations plus ou moins rock, Mehdi aux rythmes, Thibaut à la composition, à la guitare et au chant, avec plusieurs autres musiciens, avant que Mehdi cesse d’y participer. In a Daze, le projet le plus concret, connut alors un modeste succès d’estime.
Nous avons recommencé à créer de la musique ensemble il y a un an et demi, après plusieurs années de non collaboration, en partant d’un terrain de jeu neutre, inconnu, celui des machines et de la musique en partie non organique.
La découverte et le processus de création ont été des moments de pur amusement, il en reste un disque. Aujourd’hui nous nous produisons dans des petits clubs, ateliers sonores, sur un bateau, en Espagne et en Italie pour tester ces matériaux en live, c’est une autre démarche, un autre défrichement qui pour l’instant nous comble de joie et d’étonnement et nous permet d’infliger de sérieux dégâts auditifs à de parfaits étrangers. Les retours sont variés et contradictoires.
Parallèlement, nous essayons d’illustrer nos morceaux avec des images et séquences visuelles que nous capturons et montons nous-mêmes afin de créer des objets plus denses. Nous prenons plaisir à tout réaliser nous-mêmes, mais nous collaborons avec d’autres artistes en live (Giulio Pepe, un VJ que nous avons rencontré à Valence, Onda Sin Control un DJ également rencontré à Valence) et n’excluons aucune piste.

- Blog Écouter de la Musique : J’imagine que la complicité naturelle qui existe entre deux jumeaux doit faciliter la composition, je me trompe ? Avez-vous des anecdotes à nous raconter sur votre possible fusion relationnelle (inspiration commune, transmission de pensée…) concernant votre vie dans le groupe ?
The walking ghost phase : Au delà du fait que nous sommes jumeaux, nous sommes amis depuis longtemps, différents mais complémentaires. Nous avons grandi ensemble et nous avons bien sûr un substrat de culture commune, mais ayant vécu séparément dès que cela fut possible, il y a une dizaine d’années, nous ne partageons heureusement pas tout. Cela nous permet d’avoir encore des choses à nous raconter et des matériaux de diverses origines à travailler.
Il est vrai maintenant que notre démarche créative a toujours été spontanée et naturelle que ce soit pour l’écriture, la musique ou la vidéo. Mais nous sommes encore loin d’un système télépathique évolué.

- Blog Écouter de la Musique : Votre album est sorti depuis plusieurs semaines. Etes-vous satisfait des retours ?
The walking ghost phase : Comme précisé plus haut, ça reste un premier album autoproduit qui n’est pas distribué via un réseau organisé et qui ne bénéficie d’aucune promotion massive. Il est téléchargeable librement sur http://thewalkingghostphase.bandcamp.com/ ou bien distribué gratuitement pendant les lives dans des pochettes artisanales.
Il n’y a pas eu de plan guidant nos choix. Nous avons travaillé chaque titre l’un après l’autre sans vraiment penser à leur donner une cohérence musicale ou thématique. Les sources sont diverses : du cinéma grand public (Mad Max II &III, un Star Trek, la colère de Khan, Le Grand Dictateur, the Shining ) un document fiction un peu moins connu (The Punishment Park) et deux auteurs rencontrés durant notre adolescence bercée par la culture rock : William Burroughs, un polytoxicomane à la longévité humiliante pour les campagnes sanitaires, pédéraste notoire, meurtrier accidentel et arrangeur de génie, dont l’élégance et l’agressivité laissent rêveur… et Charles Bukowski, un alcoolique violent et tendre, modeste, gouailleur inquiet, abîmé dès le début et brillant jusqu’au bout, certes misogyne, mais qui donne à Babalon, la Femme Ecarlate, le premier rôle dans son dernier roman, jouissif, Pulp.

- Blog Écouter de la Musique : Quand vous imaginez votre avenir, que voyez-vous ?
The walking ghost phase : Demain n’existe pas. C’est aujourd’hui que tout change.

Conclusion de The walking ghost phase :
Amusez-vous !
http://www.myspace.com/wgphase
http://thewalkingghostphase.bandcamp.com/ (album téléchargement)

VN:F [1.9.22_1171]
Votez :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Poster un commentaire